Une imprévisible rencontre - Joseph Barkley

Mon blogue

Une imprévisible rencontre

Une imprévisible rencontre - Joseph Barkley

J’ai découvert, en allant chez ma sœur, une maison que je n’avais jamais vue avant. Peut-être était-elle cachée par la végétation, et qu’un jardinier consciencieux a bien taillé tous les arbres de la propriété ? J’ai jeté un rapide coup d’œil par-dessus le grillage. Un magnifique jardin, plein de fleurs, s’offrit à mon regard, que je baissais aussitôt. J’avais aperçu une silhouette qui se promenait sur le gazon. J’ai continué ma marche jusqu’à la demeure de ma sœur et de son conjoint. J’étais invité à un souper et je m’étais habillé d’une chemise à carreaux orange et rose, d’un pantalon en toile denim et de baskets blanches que j’appréciais beaucoup à ce moment. Elles sont aussi esthétiques que confortables pour marcher. J’ai retrouvé le plaisir de la marche à pied depuis que j’ai eu ce soin, réussi, pour mes varice laser.

Je fus accueilli par les cris de mes neveux qui me sautèrent dessus et me tournèrent autour. Avec seulement une année d’écart entre eux, ils sont si proches qu’ils jouent ensemble comme des jumeaux. Après avoir réussi à me poser dans un fauteuil, j’avais promis à mes neveux une partie de cache-cache juste après, je demandais à ma sœur si elle connaissait les habitants de la demeure deux maisons avant la sienne. Elle me répondit que c’était une femme d’une trentaine d’années qui venait de s’installer. Elle vivait seule et ma sœur l’avait aussi conviée pour le repas. La coïncidence était formidable et je la soulignais. De plus, je soupçonnais ma sœur de me faire rencontrer cette personne, car j’étais célibataire. L’intention n’était pas mauvaise, elle partait d’un bon sentiment, je ne fis aucune remarque sur ce sujet.

La femme qui se présenta pour le repas du soir était bien loin de celle que je m’imaginais. Je pensais à une vieille fille, un peu guindée, ce fut une personne pétillante et joyeuse qui nous amusa toute la soirée de ces remarques rigolotes. Elle ne forçait pas ce trait de caractère enjoué, je sentais bien que cela faisait partie de sa personnalité. J’ai été rapidement conquis, comme ma sœur l’avait pensé. La voisine, Adèle, revint plusieurs fois pour partager nos repas pendant mon séjour chez ma sœur, qui dura presque trois semaines. Nous avons fini par habiter ensemble, en moins d’un mois, et je suis vraiment heureux d’avoir trouvé une compagne aussi charmante, et de profiter de la proximité de ma famille, qui sera bientôt la sienne, car nous allons nous marier.