Un jour de fête - Joseph Barkley

Mon blogue

Un jour de fête

Un jour de fête - Joseph Barkley

Sur les côtes d'Afrique de l'Ouest, situé au creux de ce grand continent, un tout petit pays, presque invisible aux yeux du monde, s'apprête à bousculer ses habitudes comme chaque année à la même période...

Rentré spécialement pour cet évènement, me voilà débarqué dans ce quartier. Ce petit coin de paradis où j'ai vu le jour, ouvert les yeux pour la première fois et poussé mon premier cri comme pour avertir le monde de mon arrivée. Me voilà de retour après ces quelques années d'absence, sous ce soleil ardent, ces paysages à couper le souffle et cette maison que j'ai quittée il y a déjà des années...

Je suis au seuil de la porte, l'émotion m'envahit, je ne peux retenir quelque larmes. J'entrouvre la porte, je m'avance timidement, comme si cela avait été pour moi la première fois. Je retiens mon souffle, le rythme des battements de mon cœur s'accélère, je peine à masquer ma nervosité. Le chemin qui menait de la cour à l'habitation est réduit par l'apparition de différentes végétations, à un étroit sentier blanc pavé de quelques pierres.

Une fois à l'intérieur, je me rendis vite compte que personne n'était là, un bref moment de déception, mais je compris très vite que tout le monde s'affairait très certainement aux préparatifs de l'évènement à venir... Je décide alors de sortir faire un tour dans les alentours.

Le jour de l'élection de Miss Yopougon était arrivé, et tout le quartier se préparait... Les femmes s'agglutinaient autour du baraquement du célèbre tailleur du quartier, chacune tenant en main un magazine avec le modèle de la robe qu'elle souhaitait confectionner. Un peu plus loin mon regard se posa sur un autre attroupement de femmes. Il s'agissait du salon de coiffure d'Innocent, le coiffeur en vogue du moment, lui aussi visiblement débordé par l'évènement. La chaleur devenant insoutenable, je décide alors de me poser dans un de ces bars à bières à la mode.

La chance avait décidé de me sourire, je venais d'entrer dans le seul établissement disposant d'un climatiseur. Assis au fond de la salle, la serveuse m'apporte la carte, je décide de prendre une des bières locales, après que celle-ci m'en a vanté les mérites en long et en large. Après quelques minutes assis là, un homme s'approche de ma table, s'assoit à ma droite et me lance un grand sourire ; je ne cache pas ma surprise, mais lui rends dans une hésitation à peine voilée. Son visage me semble familier, mais impossible de remettre un nom dessus. Voyant mon étonnement, il s'écrit, " tu ne me reconnais pas ? C'est moi William “. C'est alors que les souvenirs se bousculèrent dans ma tête et a cet instant dans un soubresaut, je me rappelais de ce visage, le visage de celui qui m'avait accompagné toute mon enfance, celui qui rêvait à l'époque d'être le plus grand artiste d’animation fete anniversaire du pays...